Paris was Magical, for once…

J’ai toujours détesté me rendre à Paris. Paris, est une source de stress pour moi. Cette énergie, ce bouillonnement, pour une empathe (oui j’ose le dire aujourd’hui) est dur. Le métro, la vie si riche de Paris et ses lieux emblématiques et si beaux que tou.te.s se bousculent pour admirer pour moi, cela a toujours été de l’énergie à absorber, transformer et remettre en perspective au loin de moi. Pourtant, lorsque mon amie Arlette m’a proposé d’assister à l’événement afropreneuses Summit 2019 organisé par la géniale et pétillante Clarisse Libene, je n’ai pas dit non. Pourquoi? Je ne sais pas. Enfin, si un peu quand même.

Pour moi, toute nouvelle auto-entrepreneure, ayant démissionée de son poste corporate il y a quelques semaines, (oui je vous doit un update et quelques articles aussi d’ailleurs…mais restons concentré.e.s svp ) c’était l’occasion de rencontrer d’autres femmes qui comme moi, se sont lancées dans cette aventure parfois difficile mais surtout très prenante. Voir comment d’autres, à la fois un peu moi, mais pas vraiment, arrivent à se dépêtrer dans ce monde loin d’être simple. Et puis surtout revoir Clarisse, Arlette et ma reine et amie Lize Moudouthe, journaliste à la plume si fraîche ( divas magazine).

Me voici donc embarquée pour Paris, la boule au ventre. Alors autant être honnête, ça va vous paraître assez surréaliste, mais à chaque fois que j’ai décidée de mettre le pied dans ce Paris, la pluie a toujours décidée d’être de la partie et le froid mon compagnon.

Un soleil rayonnant pourtant me réveille le samedi 13 avril. le D-Day. Petit dej, vite avalé pour Arlette à la réception de l’hôtel et nous voilà parties. Léger stress. Arlette est une des speakers. A notre arrivée ma volubile Clarisse nous accueille. Le lieu est magnifique. L’équipe de Mestissés en la personne de la jolie Roueffa (j’espère vraiment ne pas me tromper quant à l’orthographe du prénom) fait la mise en place. Canapé cosy et plaid en patchwork de tissu wax, tissus typiquement africain en guise chemin de table.

Photo by mestissés (insta mestisses44)

Moi qui ne mange jamais le matin je me jette sur les viennoiseries. Il paraît que le stress donne faim. Alors non il ne s’agit pas de mon événement. Je ne suis là que pour « kiffer » comme disaient les jeunes en 200…combien déjà? Je ne sais plus. Je me demande si je n’aurais pas dû finalement faire mon marétèt . Il m’aurait sécurisé. Mais…mes cheveux roses ne semblent choquer personne…ouf parce que soit dit entre nous, j’adore ma coupe.


Photo by mestissés (insta mestisses44)

Les dames commencent à investir les lieux. Elles sont majestueuses, légèrement craintives pour certaines. Mais la salle se remplit tout doucement. Nous sommes toutes assises, des embryons de conversations s’engagent entre celles qui ne se connaissent pas, des effusions de joie pour celles qui se retrouvent quand soudain, une voix douce mais puissante occupe l’espace. Le sourire lumineux de Christiane Light chanteuse à la voix aux timbres soul, tout autant que son afro nuageuse nous emporte au fil des paroles : “It’s gonna be alright, it’s gonna be okay…” le ton est donné. Salve d’applaudissements le sourire est sur toutes les lèvres. Nous y sommes. Clarisse donne le coup d’envoi : free hugs pour tout le monde!

pic from insta christianelight

Les interviews s’enchaînent et sont plus inspirantes les unes que les autres. D’abord la guerrière Marie Da.sylva non vous n’êtes sûrement pas passé.e.s à côté de Nkali works agence de coaching d’empowerment et stratégie pour les femmes racisées dans le cadre de leurs problématiques pro. Marie nous dégaine son parcours, ses difficultés et nous abreuve de tips stratégiques pour dépasser certaines situations précises mais pourtant qui résonnent dans le vécu de chacune. On retiendra que François est un allié de taille pour nous toutes (merci M. Fillon) et que cette tuerie de veste n’est pas on fleek pour rien.

Image  insta ClarisseLibene
image insta Clarisselibene
Marie Da sylva

Ingrid, nous arrondis les yeux par le courage, l’humilité et le respect que nous inspire son parcours. Shopiles c’est de la bombe! Nous irons chercher cet argent, et abandonnerons nos petit.e.s…oui mais nous les aimons quand même hein les filles? Mais surtout nous oserons rêver! Rêver loin, rêver grand, rêver haut: multiplier par 10! ah 7 ? Bon restons sur ce compromis.

Une surprise nous attend. On va bouger! Jeanine et son équipe prennent les choses en main. Finalement le léger tartare de saumon au déjeuner, c’était une très bonne idée. Aller on quitte escarpins, bottines et autres. Le dance floor nous attend. Le Wa Wa l’asso de lille est dans la place! Nous voilà donc entrepreneures, jeunes et moins jeunes, femmes et tout sourires engageant une cession de danse joyeuse et tellement libératrice. Jeanine maîtrise son affaire et nous dédramatisons ces danses qui ne sont péjorativement ni sexuelles, ni sauvages, juste nos corps qui s’expriment. Au moment où j’écris, j’ai encore mal aux cuisses c’est vous dire…Oui il est temps que je reprenne les cours de danse et/ou de boxe.

Time to rest mesdames. Time to bless. Yolande et Clarisse. Grande sœur et petite sœur vont nous émouvoir et aller chercher nos larmes avec leur désarmante sincérité et leur humour. les deux sœurs nous offre une conversation à cœur ouvert qui délit les nœuds de nos langues concernant le racisme en milieu professionnel, être toujours l’exception, toujours l’autre est parfois pesant. Mais il nous reste l’audace. Merci Marie.

Image insta Clarisse Libene

Enfin, Arlette prend place face à Clarisse. Il s’agit de nous rappeler que nous comptons. Que notre santé compte. Que nous n’avons pas tenté cette aventure pour rentrer à nouveau dans un schéma dangereux pour nous. Oui nous sommes nombreuses à lever la main à la question « qui a fait un burn out ? ». Arlette la guérisseuse. Arlette mon amie. Celle qui m’a mise face à moi il y a bientôt un an. Et m’a permis d’accepter ma voix, ma voie. Mais surtout mon être. Vous ais-je déjà parlé d’Arlette? Ma soeur? Il faudrait un nombre de pages incalculables pour vous dire tout ce qu’elle est pour moi. Mais restons à l’afropreneuses summit le moment viendra. Arlette nous parle de nos maux intergénérationnaux. Oui nous portons l’histoire de nos familles. Oui les maux et blocages se transmettent de génération en génération. Pourquoi les fimbromes touchent une majorité de femmes noires? Non ça n’est pas normal d’avoir mal pendant son cycle et l’endométriose peut avoir une réponse soignante. Nous pouvons être soulagées. Oui une femme qui nous ressemble, nous comprend, nous étudie est là, pour nous guérir. Exit « Mamadou la réponse à vos problèmes d’érections » place à la sorcière (pour celleux qui ont peur du mot please ouvrez Sorcières de Mona Chollet ceci est une exhortation) , les soins holistiques s’assument et puis entre nous, appelons un chat un chat.

Une collaboration arrive : le programme Wombcare pour nous soigner, pour explorer notre féminin, accepter et comprendre nos maux. Arlette et Clarisse nous concocte cela et reviendront très vite sur le devant de la scène pour offrir aux femmes noires et racisées l’espace, le lieu pour prendre soin d’elles et de leur intériorité qui influe sur l’extérieur et sur le corps. Rendez-vous est donc pris très bientôt.

Il est temps de nous dire à bientôt. Mais avant, n’oublions pas de nous soutenir, de nous connaître, d’échanger parce que s’il est indispensable d’avoir des espaces et des temps safes pour se retrouver, partager et nous construire, il est d’autant plus primordial de ne pas s’oublier. De s’entraider, de se porter en dehors de ces moments. C’est aussi l’entreprenariat. Alors échanges de cartes de visites, connections, sourires, rires et échanges de numéros. « Si chacune reste en contact avec au moins deux des femmes rencontrées ici, alors nous nous connaîtrons toutes » Merci Ingrid

Câlins à gogo et nous voilà qui nous alpaguons à bouts de bras, discutons à bâtons rompus. Je m’entend parler de bibliothérapie, de ma volonté de permettre aux femmes noires de concevoir la lecture non plus seulement comme un loisir, mais comme un véritable moyen de prendre soin de soi, de les guider pour en faire un rituel de selfcare, et observe les regards admiratifs, les oui de la tête, entends les « mais c’est génial comme concept je ne connaissais pas du tout, ton idée est super intéressante. Oui l’espace francophone a souvent pas mal de trains de retard sur celui anglophone. Accroche toi. Je vais te suivre » je cache mes larmes et mon émotion derrière un sourire franc. Être validée par ses pairs, quelle bouffée d’énergie.

Je repars des étoiles pleins la tête, des cartes de visites pleins les poches, des noms et des concepts découverts pleins les oreilles et de la bienveillance plein le cœur. Merci l’afropreneuses summit Paris 2019.

Grâce à vous toutes Paris fut magique pour moi, pour la première fois. Je ne vous oublierai pas croyez-moi.

A très vite les ami.e.s promis je rendrais à vos attentes d’articles ce qui leur est dû très bientôt.

Chocolatement votre,

La demoiselle chocolat

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s