9 histoires lumineuses où le bien est le mal

Les histoires de vie finissent mal en général…

images

Bonjour cher(e)s  tou(te)s
Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre mais pas que. J’ai découvert l’auteure de ce titre il y a quelque temps maintenant au travers de ses vidéos au ton grinçant et à l’humour décapant.
Jo Güstin. Après m’être goulûment régalé de ses mots dans son ouvrage 9 histoires lumineuses paru en novembre 2017 aux éditions Présence africaine, j’ai bien entendu eu envie de vous en parler mais aussi et surtout d’échanger avec elle. Ce ton mi figue mi sombre cette sensibilité à fleur de stylo. Cette intuition du mot qui percute au moment et à l’endroit où il faut.

L’originalité de ce livre m’a donné envie de vous faire lire une chronique différente.

Alors aujourd’hui je ne vous livrerais pas seulement une impression de lecture, mais également un petit bout du monde de cette écrivainE si singulière. Touche à tout du monde artistique férue de stylos et de mots.

Notre voyage se fera donc en deux parties :

Le livre d’abord

lumineuses

1,2,3…9 histoires de vies

 L’initiative

4,5,6…9 histoires de détresse

L’humanité

7,8,9 histoires de différence et d’indifférence

Le génie

9 histoires de nous, 9 histoires de vous

Le non-métissage

9 histoires de ceux là,  autres que nous

L’altruisme

9 histoires loin de nous

L’engagement

9 histoires de portes à côtés des nôtres

La loi

9 histoires effleurées par nous

Le renoncement

9 histoires que l’on refuse souvent de voir, d’entendre.

 

9 histoires qui n’arrivent qu’aux autres…Vraiment?

 

Alex…

Je ne saurais parler et vous raconter ce voyage dans l’ordre…Je n’aime pas l’ordre. Il manque de vie.
Je commence donc par Alex. Par le renoncement, par la fin.
Alex est l’une de ces histoires qui vous font regarder votre monde, votre ordre autrement.

D. I. F.F.E.R.E.N.C.E

Souffrance. Alex n’entre pas dans les critères du normal (qui le fait réellement?)
Alex est seul.E et différent.E alors Alex renonce.

Je me suis demandée qu’elle serait ma réaction si je voyais un jour une personne grimper sur son balcon le torse ensanglanté et faire le saut de l’ange…

J’ai pensé à tous ces commentaires que l’on peut lire de ci de là qui jugent, incriminent, maudissent une personne pour sa différence…être comme les autres est-ce si important? Une petite souris dans le bataillon des rongeurs…Être normal.

A quoi renonce-t-on en choisissant d’être normal? Alex renonce à la vie pour sa non-conformité et nous, à quoi renonçons nous en choisissant de ne pas être différent? J’avoue mon  choix facile d’être femme, hétéro, maman… Je me rassure en me disant nous sommes tou.te.s uniques, divers.e.s, individuel.le.s mais lorsque tu n’es pas comme les autres et que cela se voit, lorsque chacun s’octroie le droit de te cracher sa haine de toi et que ta différence dérange, bouscule comment survis-tu? Alex renonce à la vie. Que le monde normal ne soit plus bousculé par cette souris qui refusait les rangs.

Ibeji…

Ibeji s’accroche. Lui aussi est différent. On le déteste. Il n’est pas né au bon endroit, pas au bon moment. Il sait qu’il ne mérite sans doute pas sa chance. Ibeji… l’enfant de la malchance.

B.O.U.L.E.T

Dans beaucoup de cultures, l’albinisme est signe de malédiction, de pratiques occultes et autres complots frappés du saut du démon…
Ibeji est intelligent là encore est son tort. Trop tout pour être innocent.

Mais Ibeji se bat. Il vit autant qu’il peut mais le sort décidément en a après lui.

Ibeji dans sa courte vie connaîtra pourtant le soin, le coeur, la tendresse dont peut faire preuve l’être humain parfois…Ibeji sera aimé avant d’entamer son grand voyage.

Maïmouna…

Il y a quelques années une scène d’horreur en provenance d’un hôpital de mon pays, le Cameroun défrayait la chronique. Une femme pratiquant un accouchement à la sauvage, à même le sol avec une lame de rasoir.

Maïmouna fracasse par son entrée. Elle est drôle, use du sarcasme comme une reine et se reconnaît une modestie sans faille. Grandeur d’âme que personne n’oserait lui démentir, toujours selon elle bien sûr. Philanthrope et messie de sa famille et notamment de sa soeur, Maïmouna main sur le coeur sauve l’honneur, le nom et la dignité de celle-ci. Aux dépens de son bonheur, mais qu’importe? Sa vie? Qu’en faire? Elle n’était bonne à rien.
J’avoue avoir ri de bon coeur devant les métaphores très à propos de cette chère Maïmouna du haut de sa sagesse totalement désintéressée et toujours prompte à rappeler à son entourage que les rêves sont réservés aux autres, mieux qu’eux. Et qu’ils devaient s’estimer heureux.se et comblé.e.s d’être à son service…pardon…sous sa bienveillante protection.

Voici donc un pavé qui arrive dans la mare de la douce et compréhensive Maïmouna…ou plutôt deux graines, implantés dans son éléphante de soeur, qu’il faudrait nourrir. Qu’à cela ne tienne autant les transformer en machine à sous. Ne dit-on pas qu’il faut toujours voir la solution en un problème?

Maïmouna malheureusement, apprendra vite que le courage et le sang froid ne sont rien face à l’odeur de l’argent.

Cette histoire tirée d’un fait réel étale tout le cynisme d’une société en quelques lignes. Elle met en exergue l’égoïsme, l’égotisme et l’indifférence de nous tous face à des histoires de vie, à des vies qui se perdent, et à la mort qui est devenue le lot quotidien de ceux qui ne peuvent faire valser les billets à tout va. Nous sommes tou.te.s des Maïmouna d’une façon ou d’une autre, tou.te.s des parents de Boris aussi et surtout tou.te.s ces médecins qui ne savent plus le sacré du serment Hippocratien.

 N.A.R.C.I.S.S.E

Je ne vais pas vous donner toutes les clefs pour découvrir cet ouvrage si singulier,ces 9 histoires si délicieusement sublimes et malheureuses. Je vais juste vous dire: lisez-le car il bouleverse, il secoue de rire, parfois de tristesse, mais de cette tristesse qui nous rappelle à nous-même notre état d’humain. Je suis sortie de cette lecture avec une envie : ne plus être celle qui observe de loin. Avec une question: que faire pour  changer les choses? Avec cette certitude: la beauté du monde ne tient pas seulement en des paysages féeriques mais elle tient aussi à ce que l’on en fait, à nos actions pour qu’il soit un lieu où il fait bon respirer.

 

Jo ensuite (passez le curseur et découvrez la…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s